profils_conference
Edit

About Us

We must explain to you how all seds this mistakens idea off denouncing pleasures and praising pain was born and I will give you a completed accounts off the system and expound.

Contact Info

La science fait des interventions non médicamenteuses (INM) des solutions incontournables pour prévenir, soigner ou guérir depuis le début du 21ième siècle. Des INM font aujourd’hui partie intégrante des parcours personnalisés de soins, de santé et de vie. Le congrès scientifique international permet de faire connaître les INM validées par la science, de partager les preuves d’efficacité, d’innocuité et de coûts/efficacité, de mieux comprendre leurs mécanismes d’action, de discuter des méthodes d’évaluation et de surveillance, de diffuser les modèles économiques pertinents, de partager les innovations réglementaires à travers le monde.

ACCUEIL / BADGES

08:00 - 08:30 Hall

Accueil des participants, retrait des badges

DISCOURS D'OUVERTURE

08:30 - 08:55 Amphithéâtre

Presentation du programme

Témoignage d’un usager des INM

08:55- 09:15 Amphithéâtre

ANIMATION SESSION 1 INNOVATIONS SCIENTIFIQUES

09:15 - 9:45 Amphithéâtre

La session s’intéresse aux stratégies innovantes d’évaluation des INM.

La médicalité ou l'essence médicale de la médecine

09:45 - 10:15 Amphithéâtre

S'interroger sur l'essence médicale de la médecine pourrait apparaitre comme un exercice vain. Celui-ci est pourtant tout à fait central et en particulier depuis l'évolution contemporaine du statut juridique des INM. La nature de ce qui est médical permet en effet de structurer une profession pour l'inclure à un niveau spécifique au sein du système sanitaire. Cette interrogation intervient dans un contexte où une redéfinition de l'acte médical occupe une place centrale dans le droit et la philosophie.

PAUSE

10:15 - 10:30 Hall

ANIMATION SESSION 2 INNOVATIONS SCIENTIFIQUES

10:30 - 12:30 Amphithéâtre

La session s’intéresse aux stratégies innovantes d’évaluation des INM.

Evaluation des INM : changer de paradigme ?

10:30 - 11:00 Amphithéâtre

Objectif. – De nombreuses interventions non médicamenteuses (INM) sont aujourd’hui réalisées dans les établissements médico-sociaux. Pour beaucoup, leur bénéfice auprès des personnes concernées paraît aller de soi. Pourtant, les preuves de leur efficacité manquent le plus souvent. C’est pourquoi la question de l’évaluation apparaît désormais comme une nécessité. Dans cet article, nous proposons de dresser tout d’abord un bref panorama des manières actuelles d’aborder cette question. Différents points d’achoppement peuvent dès lors être mis en évidence. De là, une réflexion est menée sur la possibilité d’un changement possible de paradigme sur l’évaluation des INM.

Effets de bureaux actifs sur la santé cardio-métabolique de salariés sains du secteur tertiaire

11:00 - 11:30 Amphithéâtre

Problématique : Le temps passé en comportements sédentaires (CS) et les faibles niveaux d’activité physique (AP) sont des prédicteurs importants des risques cardio-métaboliques (1,2). Au cours du dernier siècle, l’évolution de notre société a mené à des changements considérables de nos comportements, favorisant une réduction mondiale de la pratique des AP et une augmentation des CS (3). Au regard de leur temps passé en position assise, les employés de bureau sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes des CS sur la santé. Récemment, l’utilisation de bureaux actifs visant à réduire la sédentarité en milieu de travail a été proposé (4) comme le pédalier portatif (PP) que l’on peut facilement placer sous un bureau. Les études scientifiques portant sur les effets bénéfiques des bureaux actifs sur les indicateurs de santé ont été menées chez des personnes souffrant de surpoids ou d’obésité. Toutefois, des données sur les personnes normo-pondérés pour appuyer l’effet préventif de ces stratégies demeurent rares (5). Ainsi, l’objectif de cette étude était d’évaluer chez des employés tertiaires normo-pondérés, les effets d’une intervention utilisant un PP (60minutes par jour travaillé) pendant 12 semaines sur la composition corporelle, les paramètres biologiques, la condition physique, le niveau d’AP et les CS.

Usage de l'aromathérapie dans la mucoviscidose

11:30 - 12:00 Amphithéâtre

Sur le constat d’un recours important, mais inexploré, des patients atteints de mucoviscidose aux huiles essentielles (HE), une étude financée par VLM (Vaincre la mucoviscidose) a été menée en 2021. Elle est basée sur un questionnaire destiné aux patients, mis en ligne par le centre d’investigation clinique du CHU de Grenoble et proposé par 5 CRCM. Les 297 réponses obtenues ont été complétées par une vingtaine d’entretiens qualitatifs réalisées par une anthropologue de la santé auprès des patients, mais aussi des prescripteurs ou conseillers. Le niveau de précision des données permet d’identifier le type d’HE utilisées, les protocoles (durée, dose, « recettes »), évidemment non standardisés, mise en place par les patients, les effets ressentis, les potentielles toxicités, le coût de telles thérapeutiques, les itinéraires complexes ayant conduit les patients vers ces usages, le recours conjoint à d’autres INM, le type de professionnel désigné comme référent pour les conseils, les réseaux internet et de pairs encourageant à l’auto-médication, et enfin les problématiques de communication avec les médecins pneumologues sur des pratiques non validées par l’EBM. 25% des patients de cet échantillon recourt aux HE (des produits le plus souvent au statut ambigu de complément alimentaire en pleine tourmente règlementaire REACH) et nombreux sont ceux qui décrivent un espacement des cures d’antibiotiques et une amélioration de nombreux symptômes de la maladie. Certaines pratiques toxiques ont été identifiées. Une interrogation majeure se dégage des résultats lors de prise concomitante d’HE et d’antibiotiques, qui sont considérées comme dangereuses par certains acteurs scientifiques alors que d’autres les disent utiles face à des germes multirésistants. Cette tension sous-tend une querelle théorique d’extrapolation de l’in vitro à l’in vivo et d’un principe actif unique à un totum végétal classique en phytothérapie. Cette étude est l’occasion de tester une méthodologie en vie réelle combinant une approche qualitative qui répond à certaines interrogations posées par les données quantitatives. Les résultats sont d’une extrême richesse tant sut le plan théorique que pratique et posent la question de valider un possible guide de bonnes pratiques en la matière qui satisferait tant la demandes des patients que le manque de formation des médecins.

Projet de Thèse, Traitement de la dyslexie par la Méthode QUERTANT, implication de la voie rétino-thalamo-corticale

12:00 - 12:30 Amphithéâtre

La Culture Psycho Sensorielle (C.P.S) QUERTANT consiste en un entraînement du patient à un positionnement correct des yeux par une méthode s’apparentant au neuro-feedback. L’intérêt de la Culture Psycho Sensorielle (C.P.S) QUERTANT est que l’entraînement oculaire force le cerveau à accepter une incitation sensorielle en hémichamp visuel par une vision dichotomique. De ce fait chaque lobe cérébral est sollicité de manière physiologique car en perception croisée (mais aussi décroisée) et chaque œil a une perception différente apportant une information différenciée au cortex visuel primaire. Ce mode de perception a pour avantage de supprimer une problématique (image fantôme) objectivé par l’équipe de Guy Lepars et Albert le Floch (1). Ceci valide une intuition sur la dominance oculaire rapporté par Roger MUCCHIELI (2), qui dans son livre cite déjà l’intervention de la Méthode QUERTANT. Enfin une étude récente de l’équipe de Nitzan CENSOR (3) démontre également l’implication des voies visuelles dans les processus cognitifs.

La recherche sur la pleine conscience: problèmes méthodologiques et effets indésirables

12:30 - 13:00 Amphithéâtre

Problématique : La méditation de pleine conscience est l’une des interventions non médicamenteuses les plus utilisées dans les approches intégratives corps-esprit en psychothérapie. Bien que de nombreux travaux de recherche démontrent ses avantages, on sait peu sur ses effets indésirables potentiels. En effet, une revue systématique récente a révélé que seulement 34,1% des méta-analyses publiées discutent des effets indésirables et secondaires. Des études antérieures montrent qu'environ 22 % des participants déclarent avoir vécu des expériences désagréables liées à la méditation, et que 13 % des participants font état d'expériences qualifiées d'indésirables ou secondaires. A ce jour, il n'existe pas de réponse méthodologique claire sur la manière d'évaluer les expériences individuelles de la pleine conscience et un questionnaire sur ce sujet n'a pas encore été validé. L'objectif de cette étude est de concevoir et de valider un questionnaire permettant de mesurer la variété des expériences de pleine conscience et leurs éventuels effets négatifs, et discuter de ses forces et de ses limites. Cela permettrait d’observer plus précisément la fréquence et la causalité spécifiques des différentes expériences de pleine conscience, en abordant à la fois leur phénoménologie et leurs facteurs d'influence.

ANIMATION SESSION 3 INNOVATIONS SCIENTIFIQUES

14:00 - 15:30 Amphithéâtre

La session s’intéresse aux stratégies innovantes d’évaluation des INM.

Effets de la méditation sur l’anatomie cérébrale : considérations méthodologiques

14:00- 14:45 Amphithéâtre

PAUSE

14:45- 15:45 Hall

L'attente facteur d'anxiété dans le parcours de soin du patient: la place de l'Hypnose. Evaluation clinique

15:45 - 16:15 Amphithéâtre

Les patients attendent dans le parcours de soin: un rendez-vous, un examen complémentaire, des résultats, une intervention chirurgicale, un effet secondaire, une évolution favorable ou défavorable, une reprise d'activité professionnelle etc. Ces attentes sont sources d'anxiété et de fatigue. L'hypnose et l'autohypnose autorisent par essence même des changements de perceptions face à ces difficultés d'attente Nous proposons un questionnaire d'évaluation simple couplé à une échelle numérique . Ce questionnaire est rempli à la première consultation et à la fin de la deuxième afin d'évaluer l'adhésion du patient et les résultats de la prise en charge par l'exercice hypnotique sur les facteurs d'attente et d'anxiété.

IPSE (Inductive Process to analyse the Structure of lived Experience), méthode innovante et spécifique pour la recherche qualitative : Applications en Soins Oncologiques de Support

16:15 - 16:45 Amphithéâtre

Problématique : On assiste à un développement important de la recherche qualitative en santé. Le recours des interventions non médicamenteuses (INM) dans le champ de la cancérologie est un enjeu majeur pour les patients, et leur évaluation, un défi méthodologique pour leur validation dans le champ thérapeutique. Cet article présente une méthode qualitative, IPSE (Inductive Process to Analyze the Structure of lived Experience), adaptée pour la recherche clinique médicale et nécessaire pour l’évaluation des INM afin de produire des recommandations concrètes pour améliorer les soins.

Les INM en contexte de pandémie dans le milieu hospitalier : une intervention à fort potentiel

16:45 - 17:30 Amphithéâtre

Apport de la pratique des médecines alternatives et complémentaires en médecine générale.

08:30 - 09:00 Amphithéâtre

Introduction
Le recours aux médecine alternatives et complémentaires (MAC) fait désormais partie de l’expérience de soins d’une part croissante de la population française. Peu de travaux s’intéressent cependant aux questions soulevées par ce choix dans le parcours des praticiens.
Matériel et méthodes Cette étude qualitative par entretiens semi-dirigés analyse par réduction phénoménologique le vécu de médecins généralistes pratiquant une ou plusieurs MAC parmi hypnose, ostéopathie, acupuncture et homéopathie. Les 15 entretiens ont été menés entre décembre 2020 et avril 2021 auprès de médecins libéraux exerçant en Ile-de-France.

90 000 réservations sur Médoucine : de nouvelles données sur l'usage des INM en vie réelle

09:00 - 09:30 Amphithéâtre

Les pratiques complémentaires (ostéopathie, hypnose, sophrologie, naturopathie, etc) sont de plus en plus utilisées par le public tandis que leur usage en vie réelle est difficile à appréhender et que les preuves de leur efficacité sont souvent critiquées pour leur faiblesse méthodologique. Il est donc intéressant de se poser la question du contenu de la demande du public tout autant que celle des preuves de l’efficacité. D’autant que ces interventions peuvent apporter des bénéfices au delà de l’effet spécifique recherché. Les études en vie réelle étant de plus en plus utilisées pour évaluer la pertinence d’une intervention, certaines expériences ont déjà été conduites pour demander l’évaluation des patients suite à une consultation.
Medoucine.com permet de le faire à grande échelle (près de 90 000 consultations réservées sur le site en 2021). Nous présenterons dans la continuité des posters présentés en 2019, 2020 et 2021 à la conférence de l'ICEPS une analyse des consultations réservées et avis recueillis sur l'année 2021.

Quels déterminants de la santé émotionnelle des soignants ?

09:30 - 10:00 Amphithéâtre

La santé émotionnelle des soignants est soumise à rudes épreuves dans nos établissements de santé, manquant de ressources, et emprunts à des tensions croissantes. La prise en compte émotionnelle des soignants est rare culturellement dans nos organisations. Nous avons évalué les ressentis de soignants au sein d’une entreprise sociale et solidaire, l’Institut Rafael, maison de l’après-cancer (IR). L’IR a offert 40 000 soins à 2700 nouveaux patients, en 3 ans, en les évaluant. Chaque soignant est intégré dans un programme de soins-recherche-enseignement. Nous avons cherché à caractériser les déterminants des réactions de soignants traitant des maladies graves, au sein d’une organisation innovante pluri professionnelle transdisciplinaire.

PAUSE

10:00 - 10:30 Hall

De l'expérimentation à l'implémentation : freins et leviers à l'application des INM en EHPAD

10:30 - 11:00 Amphithéâtre

L’impact des INM pour les personnes âgées atteintes de troubles neuro-cognitifs évolutifs sont de mieux en mieux documentés scientifiquement, mais un certain nombre de facteurs freinent leur application sur le terrain (Charras, Gzil, Reintjens & Frémontier, 2017 ; Charras & Dramé, 2020). Alors que les questions de validité et d’efficacité d’une intervention restent entières, leur efficience, leur application et leur opérationnalisation en contexte institutionnel est un enjeu majeur encore insuffisamment étudié, dont on ne peut pas faire l’impasse. En effet, les INM fondées sur la preuve mais dont l’implémentation n’a pas été étudiée, ont peu de chance de produire les effets escomptés en contexte clinique.

Connaissance et utilisation de la médecine intégrative par les patients d'un CHU

11:00 - 11:30 Amphithéâtre

L’utilisation des thérapies complémentaires par les patients a augmenté pendant les dernières années en leur apportant des bénéfices tels que l’amélioration de la qualité de vie et la réduction de la sévérité des certains symptômes. Il persiste pourtant des obstacles au développement de la médecine intégrative en milieu hospitalier. Afin de mieux comprendre les besoins et les attentes des patients dans ce domaine, nous avons réalisé une enquête dans 3 services d’un CHU.

Mise en place du parcours de soins globaux après cancer chez les AJA en Auvergne-Rhône-Alpes

11:30 - 12:00 Amphithéâtre

FORTEe : Intervention en APA pour les enfants, adolescents et jeunes adultes atteint de cancer

12:00 - 12:30 Amphithéâtre

En Europe, le cancer est la première cause de décès par maladie non transmissible chez les enfants. Pendant le traitement du cancer, on observe souvent une augmentation de l'inactivité physique et de la fatigue, avec une altération de la qualité de vie. Dans ce contexte, la pratique de l'activité physique adaptée (APA) est une approche thérapeutique non médicamenteuse de plus en plus reconnue. Les études en APA chez les adultes atteints de cancer ont montré des effets bénéfiques sur la condition physique générale, pendant et après le traitement. Ces bénéfices sont associés à une amélioration significative de la qualité de vie et à une réduction de la fatigue. Cependant, des revues et des méta-analyses ont montré que le niveau de preuve de l'efficacité de l'APA pour les enfants atteints de cancer reste insuffisant. Récemment, l'essai MUCKI, contrôlé randomisé monocentrique, auquel 35 enfants atteints de cancer ont participé, à permis de montrer des bénéfices de APA sur le plan physique et mental. L'intervention s'est avérée sûre et efficace. L'essai MUCKI s'est déroulé à l'UMC-Mainz, qui est le coordinateur du projet FORTEe. La conception de l'étude FORTEe est basée sur les expériences de l'essai MUCK et regroupe un consortium de 16 institutions européennes partenaires, dont le seul représentant de la France est le Centre Léon Bérard. FORTEe s'intéressera donc aux enfants, et AJA, âgés de 4 à 21 ans dans le cadre d'un essai clinique interventionnel à l'échelle européenne.

La dansethérapie comme pilier des interventions thérapeutiques non médicamenteuses en oncologie

12:30 - 13:00 Amphithéâtre

La danse-thérapie est une méthode de soin qui utilise la danse comme objet médiateur dans la relation thérapeutique. La danse-thérapie vise la prise de conscience de soi et la libération de tensions et de blocages inscrits dans la mémoire du corps. Sur le plan physique, elle améliore la circulation, la coordination et le tonus musculaire. Sur le plan mental et émotif, elle renforce l'affirmation de soi, ravive les capacités intellectuelles et la créativité, et permet de rencontrer des émotions parfois difficiles à exprimer verbalement : colère, frustration, sentiment d'isolement, etc. Dans le pôle des art-thérapies, la danse thérapie a permis de prendre en charge 171 patientes en atelier collectif à l’Institut Rafaël (IR), ces trois dernières années. Notre étude porte sur l’évaluation des bienfaits multiples de la danse-thérapie.

Impact d'un programme de Prévention Santé non médicamenteux à l'Institut Rafael

14:00 - 14:30 Amphithéâtre

La prévention est l’ensemble des mesures visant à éviter ou réduire le nombre et la gravité des maladies, des accidents et des handicaps. Une attention particulière portée à la qualité de vie du patient permettrait de diminuer de 40% l’incidence des cancers. Les facteurs de risque modifiables liés à l’environnement ou ceux liés au comportement individuel ont fait l’objet d’un programme pilote évalué de prévention, chez des patients et leurs aidants à l’Institut Rafael (IR).

Bénéfices des arts plastiques en art-thérapie des patients atteints de cancer

14:30 - 15:00 Amphithéâtre

L’art-thérapie est une technique de soin qui utilise la médiation artistique comme outil thérapeutique. Elle utilise la créativité et la création artistique pour élaborer une psychothérapie ou dans une ambition de développement personnel. A l’Institut Rafael, notre pôle d’art-thérapies se compose des arts plastiques, musicothérapie, danse-thérapie, écriture thérapeutique, et dramathérapie. Les soins sont coordonnés, évalués, et complémentaires.

La médecine psychosomatique et les INM

15:00 - 15:45 Amphithéâtre

PAUSE

15:45 - 16:00 Hall

Identifier certains aspects épidémiologiques et socio-démographiques sont nécessaires afin de mieux comprendre les besoins et Attentes des usagers afin de normaliser le recours aux ITNM et le parcours de santé.

16:00 - 16:30 Amphithéâtre

De la recherche clinique à l évaluation transversale reflexions autour des méthodologies dans les interventions complexes

16:30 - 17:00 Amphithéâtre

Bien que développé à l'origine pour l’ évaluation de nouveaux produits pharmacologiques l’EBM est également appliquée à l'intervention de systèmes comme les soins infirmiers et la psychothérapie, ainsi que les interventions plus complexes Médecine complémentaire et alternative (CAM) L'un des défis de la conduite d'un essai clinique non pharmacologique est de choisir l’intervention de contrôle. Alors que le choix du contrôle doit être motivé par la question de l'étude, Le point important n'est pas de savoir si une étude est randomisée ou non, mais si elle utilise bien une méthode apte à répondre à une question et s'il met en œuvre cette méthode avec une rigueur scientifique optimale. L'alternative au modèle hiérarchique est un modèle circulaire. Il est dérivé de l'expérience et histoire de la méthodologie d'évaluation en sciences sociales dont le consensus Est que seule une multiplicité de méthodes, utilisées de manière complémentaire, donnent une estimation réaliste de l'efficacité et de la sécurité d'une intervention. Plutôt que de postuler une seule "meilleure méthode", ce point de vue reconnaît qu'il existe méthodes optimales pour répondre à des questions spécifiques, et qu'un ensemble de toutes les méthodes constitue la meilleure preuve scientifique Pour répondre à la question de l'efficacité et de l'efficience,nous devons trianguler différentes méthodes pour obtenir l'homogénéité. quelques questions de clinique observationnelle des interventions non medicamenteuses illustreront ces réflexions. De tels points de vue changeront la logique de prise de décision médicale en rassemblant patients, chercheurs et décideurs pour développer un consensus basé sur des données probantes axé sur le patient qui éclairera la prise de décision clinique et les soins de santé.

Le financement des INM : du subjectif au prospectif

17:00 - 17:45 AM Amphithéâtre

Au-delà du concept d’INM et de la subjectivité qu’il suscite, il faudra se résoudre, sur le plan prospectif, à changer le paradigme du bien-être ou encore du mieux être en santé en segmentant le champ des pratiques par destination : prévention et qualité de vie, risques sociaux et professionnels, maladies chroniques, affections de longue durée, impacts environnementaux, handicap, fragilité, vieillissement… avec des préalables tels les parcours de soins, de santé, de vie. C’est à ce prix que pourra être atteint un relatif niveau de crédibilité économique et donc d’utilité à donner aux actions visant à l’intégration des INM dans les systèmes de santé.

Comité scientifique

Michel Amouyal, Caroline Barry, Fabrice Berna, Pierre Louis Bernard, Hubert Blain, François Carbonnel, Gérard Bourrel, Émeline Descamps, Christelle Duprez, Bruno Falissard, Estelle Guerdoux, Alice Guyon, Philippe Hartemann, Aline Herbinet, Gisele Kanny, Jacques Kopferschmitt, Isabelle Launay, 

Guillaume Léonard, Béatrice Lognos, Jean-Bernard Mabire, Fernando Martinez Pintor, Johana Monthuy-Blanc, Grégory Ninot, Julien Nizard, Michel Nogues, François Paille, Patrick Poucheret, Sylvie Rapior, Eleonor Riesco, Eric Serra, Boris Tronc, Marion Trousselard, Henri Yves Truong Tan Trung, Laurence Verneuil

RESTONS EN CONTACT

    Nos Partenaires

    A propos du lieu

    PARIS 12

    VivaCity
    155 Rue de Bercy

    HORAIRES

    Jeudi : 08h00 - 18h00
    Vendredi : 08h00 - 18h00